Monia Aït El Hadj

Intimacy Coordinator

« Le corps constitue la matière première du cinéma » J.M DURAFOUR

Dans un passé pas si lointain les scènes d’intimité étaient, souvent, laissées à l’improvisation, créant ainsi de la gêne, de l’inquiétude, voire des abus.
Entre 2017 et 2018, un changement culturel s’est opéré dans l’industrie du divertissement, grâce notamment à l’affaire « Weinstein » et au mouvement #MeToo. Cette évolution s’est traduite d’abord aux États-Unis, en Angleterre puis en France par la création du métier d’Intimacy Coordinator.
Aujourd’hui, les producteurs, les réalisateurs, les interprètes et le CNC, souhaitent de meilleures pratiques afin de créer un environnement de travail sécurisé servant le mieux possible la narration d’une histoire.

Première Intimacy Coordinator en France pour toute production cinématographique et audiovisuelle, je m’appuie sur la législation nationale et les meilleurs protocoles internationaux pour permettre la création et le tournage, en toute fluidité, des scènes d’intimité.
Il ne s’agit aucunement de censurer ou d’empêcher les auteurs et les réalisateurs d’innover ou de repousser les limites mais de raconter des histoires d’intimité de manière collaborative et sûre.

Membre de Intimacy Professionals Association (Leading organization for intimacy professionals in film and TV)
https://www.intimacyprofessionalsassociation.com/monia-ait-el-hadj-bio